voyage

Andalousie épisode finale : Torremolinos

jeudi 30 novembre 2017 Sam Poupou 0 Comments

Après quasiment une semaine de visites non-stop à Séville, Cordoue et Grenade, nous arrivons à la fin de notre roadtrip andalous. Cette fois-ci les monuments et les excursions ont laissé place au repos avant le retour pour la France avec au programme : farniente, plage et piscine.


Pour cette dernière étape, nous avons choisi Torremolinos. Pourquoi ? Après avoir lu quelques avis, mais surtout, après être tombé sur un bon plan sur booking.com et donc, pour une question de budget, Torremolinos a été le bon compromis entre Malaga que je trouvais trop grand et aucun bon plan hôtel de ouf à l’horizon, et Marbella considéré comme le St Tropez du coin, chose que je voulais éviter absolument !




Pour votre information, sachez que Torremolinos est une destination Gay Friendly. A ce propos, concernant le bon plan booking.com, nous avons réservé 4 nuits dans un hôtel gay friendly : le Ritual, un très bel hôtel situé à quelques minutes à pied de la plage qui dispose de deux piscines : une au rez-de-chaussée et une autre à débordement sur le toit de l’hôtel située au 8ème étage. Pour cette dernière, malheureusement, il va falloir tomber le haut ET le bas pour y accéder car elle est naturiste…Ma sœur et moi n’avions pas pu en profiter, mais nous avions pu quand même l’immortaliser en photo ;-).






Notre chambre était spacieuse et bien décorée. Quant au petit déjeuner servi sous forme de buffet, il est très très copieux. D’ailleurs, nous l’avions pris spécialement le dernier jour car dans l’offre ce dernier n’était pas compris. Nous avions bien fait de le tester avant notre départ car nous n’avions pas été déçus.





Pour accéder à la plage directement depuis l’hôtel, la réception nous a remis une clé et une carte magnétique pour accéder à un ascenseur spécial en échange de 20,00  € de caution, ce qui nous épargne surtout la montée des nombreuses marches comme l’hôtel est situé en hauteur.

De plus, nous avions pu avoir accès au SPA situé au sous-sol pour quelques euros (2,00 € je crois) afin d’avoir des pantoufles et une serviette spéciale. C’était comment dire…un kiffe de malade !!! Des bains à remous, un hammam, un sauna. Nous avions passé au moins deux bonnes heures.

Bref, cet hôtel est un gros kiffe et je vous le recommande absolument !







De ce séjour de 4 jours pleins, il n’y a pas grand-chose à dire au final : nous avons bien profité du soleil, pris de jolies couleurs, mangé des glaces…bref, nous nous sommes complètement laissées aller et en avions profité pour nous ressourcer car marcher 25km/jour c’est énorme !





Ah mais j’oubliais une chose importante : la paëlla ! Nous avions enfin pu manger notre paëlla aux fruits de mer en bord de mer. Une paëlla copieuse et délicieuse ! Nous nous sommes bien régalées !

Que ces 4 derniers jours sont passées super vite ! Direction l’aéroport de Malaga pour prendre notre vol pour Paris et affronter courageusement le choc thermique qui nous attendait – nous avions perdu 15 degrés quand même, ce n’est pas rien.

D’ailleurs, ce road trip de 12 jours est passé à une vitesse de folie. Je suis heureuse d’avoir concrétisé ce rêve de petite fille en visitant l’Andalousie : une région très riche au niveau culturel et historique et qui vaut sacrément le détour. Si j’avais eu plus de temps, j’aurais pu aller du côté de Cadix…va falloir y revenir un jour ;-).

J’espère que tous ces récits vous ont plu et que vous aurez l’envie de découvrir cette magnifique région. Si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas. 

Je me ferai une joie de vous répondre avec plaisir <3

En réservant sur Booking.com, vous pouvez gagner 15,00 € de réduction sur votre réservation ICI
Par la même occasion, je gagnerai en contrepartie 15,00 €.

0 commentaires:

maquillage

*Les Longstay Liquid Matte Lipstick de Golden Rose

mardi 28 novembre 2017 Sam Poupou 0 Comments

Je reconnais qu’en ce moment, je suis dans la période où je kiffe tester des rouges à lèvres liquide de toutes marques. Vous avez dû le remarquer sur le blog vu le nombre de revues consacrées à ces derniers. Entre le Lolita de Kat Von D, les derniers de chez Revlon, les Liquid Suede Metallic de NYX, il y a l’embarras du choix.



Encore une fois, nous allons parler rouge à lèvres liquide aujourd’hui. En effet, grâce à la plateforme Hivency, j’ai pu tester les Longstay Liquid Matte Lipstick de la marque Golden Rose, marque que j’ai envie de vous faire découvrir ici et dont j’avais fait connaissance à la boutique Cookie’sMakeup.

Golden Rose, marque d’origine turque, comporte de nombreuses références à petits prix. Une jolie marque que j’ai tendance à comparer à Kiko. En France, vous pourrez trouver les produits sur l’e-shop de Cookie’s Makeup.



Parmi les 26 teintes disponibles allant du beige clair au rose fuchsia en passant au Bordeaux, j’ai pu choisir les 3 teintes que voici :

12 - Paris Brest : prune
18 - Charlotte : rouge vif
22 - Speculoos : beige marron



Niveau packaging, c’est vrai que la tendance actuelle est au long bâton rectangulaire. Mais avec Golden Rose, ce sont des petits tubes tout en rondeurs et compacts que nous avons. Du plastique transparent qui permet de voir la teinte qu’elle renferme, le pinceau à embout mousse fin et flexible,  prélève la bonne quantité de matière et épouse bien la forme des lèvres pour une application la plus optimale possible.



Malgré la taille du capuchon qui peut sembler énorme, la prise en main est bonne. La texture est quant à elle crémeuse mais légère. La pigmentation est très bonne et la matière est opaque sur les lèvres en une couche pour un rendu uniforme sans paquets ou stries. Après application, le rendu est 100% mat après 5 minutes de séchage. Cependant, je trouve que la matière n'est pas sans transfert garanti à 100%. Cela est le cas de Spéculoos, mais pas de Paris Brest ni de Charlotte.



J’ai été très surprise par le confort de la matière sur les lèvres : cette dernière ne colle pas et ne dessèche pas du tout les lèvres, même après quelques heures grâce à la vitamine E contenue dedans qui a de très bonnes propriétés hydratantes. Honnêtement sur mes lèvres, je peux faire l’impasse sur le baume à lèvres avant application. Une très bonne surprise de ce côté-là. Coup de cœur pour leur odeur légèrement vanillée que je trouve très agréable.


Pour ce qui est de la tenue, même si les Longstay Liquid Matte Lipstick tiennent bien sur la longueur, ils ne feront pas l’impasse sur la petite retouche d’après déjeuner. Mais globalement, la tenue est au rendez-vous.


Les Longstay Liquid Matte Lipstick sont un gros coup de cœur : une matière agréable à appliquer et à porter, une texture qui ne dessèche pas les lèvres et une tenue plus que correcte. Un trio gagnant au rapport qualité/prix excellent.

Longstay Liquid Matte Lipstick – Golden Rose : 5,90 € les 5,5 ml.
Disponible sur l’e-shop de Cookie’s Makeup

Disponible à la boutique Cookie’s Makeup
44, rue du Faubourg St Denis
Paris

Code promo : avec le code KITBLOG10 bénéficier de -10% sur l’e-shop Cookie’s Makeup jusqu’au 15 décembre 2017 inclus !


Produit offert par la marque, le revendeur, l’agence RP pour considération


0 commentaires:

soins

Stop boutons : mes 3 chouchous du moment

lundi 27 novembre 2017 Sam Poupou 1 Comments

A 30 printemps passés, ma peau présente toujours et encore des imperfections : effet rebond dû après des vacances au soleil, dérèglement hormonal, malbouffe…bref, à la moindre chose anormale, ma peau sait me le faire savoir quand cela ne va pas.


Pour contrer ces petits désagréments, je fais appel à quelques petits produits qui m’aident à dire stop aux boutons. Des produits à appliquer localement sur les imperfections qui bourgeonnent et qui fonctionnent super bien.


J’en avais parlé ICI il y a un bon bout de temps et depuis que je l’ai testé la 1ère fois, il est devenu mon favori pour dire stop aux boutons. A appliquer localement sur les boutons le soir avant de vous coucher, ils les atténuent super bien en une nuit en accélérant le processus de maturation. De par sa texture transparente, on peut l’appliquer au cours de la journée par-dessus le maquillage sans qu’il se voie.



Même s’il contient un peu d’alcool, la formule est certifiée oil free et sans huiles minérales.

Le plus doux pour la peau : *Uriage – Hyséac / Pâte SOS local



Dupe de la célébrissime Pâte Grise de Payot, ce petit pot m’a plutôt impressionné dès les premiers essais. Une formule qui associe l’huile de schiste purifiante à l’argile verte et au zinc pour dessécher les boutons tout en prenant soin de la peau car la matière ne contient pas d’alcool et contient l’ingrédient star de la marque : de l’eau thermale d’Uriage.



Même s’il fait dessécher un peu moins vite les imperfections que Cicapeel cela se joue à 24h près seulement -  j’ai été convaincue par sa formule plus apaisante qui prend soin de la peau. Je le conseille pour celles qui ont la peau sensible ou sensibilisée par les traitements anti-acné.


Le plus agréable à appliquer : *Nuhanciam – Correcteur Stop Boutons



La marque s’est enfin lancée dans la lutte contre les imperfections. J’ai naturellement commencé à tester le Stop Boutons et je peux vous dire qu’il est plutôt prometteur. Sa texture fluide et non collante, que je trouve super agréable à appliquer, permet de faire mûrir le bouton plus vite tout en prenant soin de la peau sans la dessécher. Mission réussie de ce côté-là.



Même si le produit a une composition à 85% d’origine naturelle, ce correcteur contient du dimethicone. Je vous avouerai que cela me chagrine beaucoup de trouver des silicones dans des produits anti-boutons, surtout quand on connaît l’effet occlusif de ces derniers sur la peau. Voilà d’où vient sa texture agréable à appliquer…

SVR – Sebiaclear / Cicapeel : 9,00 € les 15ml
Uriage – Hyséac / Pâte SOS local : 7,00 € environ les 15ml
Nuhanciam – Correcteur Stop Boutons : 12,95 € environ les 15ml


Produit offert par la marque, le revendeur, l’agence RP pour considération


1 commentaires:

cinéma

Les codes du cinéma indien #Bollywood

dimanche 26 novembre 2017 Sam Poupou 0 Comments

Si vous me suivez depuis longtemps, vous devez sans doute savoir que l'une de mes passions est le cinéma indien, en particulier, celui de Bollywood.

Mon 1er film indien remonte à l'époque où j'étais ado : mes parents ayant une antenne parabolique, j'avais réussi à capter quelques chaînes indiennes et là, le coup de foudre a été immédiat ! Même si je ne comprenais rien, heureusement que certains films étaient sous-titrés en anglais, j'étais tout de suite attirée par l'intrigue, les personnages, mais surtout par les bandes-sons et les chorégraphiques car voyez-vous, le cinéma indien a des allures de comédie musicale. 



Pour certains, Bollywood peut être kitsch, voire même caricatural, mais c'est ce que j'aime et c'est cela qui fait tout son charme.

Qu'est-ce que Bollywood ?

Contraction des mots Bombay et d'Hollywood, Bollywood qualifie le cinéma indien tourné en Hindi ou en Hinglish (un mélange d'hindi et d'anglais) et donc originaire de Mumbai (le nouveau nom de Bombay). En Inde, il faut savoir que le cinéma est bien plus qu'un art ou une industrie, c'est une culture, un art de vivre qui fait partie intégrante de la vie de nombreux indiens, qui s'identifient aux acteurs qu'ils voient sur grand écran.



Chaque année, ce sont 250 films environ parmi les 1200 films indiens qui sortent en version Bollywood, allant du blockbuster au film à plus petit budget. L'émergence des films Bollywood a pris de l'ampleur au niveau international grâce à la nomination aux Oscars du film Lagaan en 2001 dans la catégorie meilleur film étranger.



Mais c'est surtout grâce à la sortie du film Devdas, premier film indien présenté hors compétition lors du festival de Cannes en 2002 dont les héros sont incarnés par Shahrukh Khan et Aishwarya Rai élue Miss Monde 1994.

Depuis, Bollywood essaie de rivaliser sans cesse avec les films internationaux grâce à des réalisations de plus en plus travaillées esthétiquement, des standards adaptés au monde occidental, mais sans oublier ses caractéristiques d'origine et ses codes.


Quels sont les codes d'un film Bollywood ?


Même si les genres tendent à se diversifier (comédies romantiques, action, horreur...) on trouve toujours les mêmes codes dans les films Bollywood.



Une histoire d’amour  : les indiens sont friands de ce genre d'histoires, surtout lorsqu'il y a une différence de castes ou de religions entre les amoureux et que les parents s'en mêlent. Un riche héritier qui a le coup de foudre pour la fille de la femme de ménage, une hindoue qui tombe amoureuse d'un musulman...



Des scènes fortes en émotions : qui dit histoire d'amour dit forcément scènes riches en émotions où les sentiments sont poussés à leur paroxysme et prennent des tournures dramatiques. émotionnellement et beaucoup de mélodrames. Coup de cœur absolu à mon chouchou Shahrukh KHAN (aka SRK) qui verse la larmichette comme personne ;-)



Une esthétique commune : l'utilisation de couleurs vives et chatoyantes, aussi bien dans les décors que dans les costumes. C'est une invasion de couleurs qui s'offre à nous à chaque visionnage. De l'ocre, du rouge, du rose vif...des couleurs à vous en faire exploser la rétine.

Du comique de situation : des scènes caricaturales à la limite du grotesque. De ce côté-là, au plus c'est gros, au mieux c'est, tout comme les effets spéciaux d'ailleurs. Un trait que l'on a du mal à assimiler en tant qu'occidental mais qui fait tout le charme du cinéma Bollywood.



Le patriotisme : quel que soit le genre, la fierté d'être indien est là. Un drapeau, une référence historique (notamment le conflit pour le Cachemire face au Pakistan), l'hymne national, tout est fait pour rappeler l'importance du pays.



Une sexualité suggérée : pas de contacts physiques ou directs avec l'être aimé, tout est suggéré par des gestes implicites ou des périphrases. Mais depuis quelques années, voulant coller au cinéma occidental, on commence à voir des scènes de baisers ou de contacts plus francs, mais jamais d'acte sexuel. Le cinéma Bollywood a quand même des limites, n'oublions pas que les indiens se rendent au cinéma en famille.



Des chants et des chorégraphies : voici le point qui différencie bien n'importe quel type de film indien au cinéma occidental. Des scènes musicales qui ponctuent le film à des moments clés comme la déclaration d'amour, la tristesse d'un personnage... D'ailleurs, la bande originale d'un film sort plusieurs mois avant celui-ci et son succès auprès du public définira si le film va faire un carton ou non.

J'espère que mon article vous aura donné envie de découvrir toutes les richesses qu'offrent Boolywood. 


Je publierai prochainement la liste de mes films favoris ;-)


0 commentaires:

voyage

Andalousie épisode 3 : Grenade

jeudi 23 novembre 2017 Sam Poupou 4 Comments

Après Séville et Cordoue, ma sœur et moi continuons notre road trip andalou avec pour arrêt Grenade. 2h30 de bus plus tard, nous voici enfin arrivés en début d’après-midi en plein centre-ville afin de déposer nos valises avant la visite du monument phare de la ville : l’Alhambra, un monument incontournable à voir absolument !



Nous déplaçant exprès pour cet édifice incroyable, nous avions décidé de ne rester qu’une nuit sur place car hormis l’Alhambra et le quartier de l’Albacín, sincèrement, il n’y a pas grand-chose à découvrir à Grenade.

Pour l’hébergement, encore une fois, je ne me suis pas loupée en réservant une chambre à l’hôtel Recogidas, un hôtel simple, située dans une rue commerçante – Zara est à quelques pas de là -  et qui dispose des bases : un lit confortable, des sanitaires. Bref, pour une nuit au moins cela a bien fait l’affaire. De plus, la propriétaire est d’une gentillesse incroyable et parle un peu français. Elle nous a bien expliqué la marche à suivre pour nous rendre à l’Alhambra dans la foulée.

Après avoir fait une halte dans quelques magasins sur notre route, dont Zara où j’ai trouvé un super body satiné fleuri à 10,00 € moins cher qu’en France, direction dans la foulée l’arrêt de bus pour nous rendre à l’Alhambra.





Avant la visite, il est fortement conseillé de réserver ses entrées à l’avance, en particulier concernant la visite des Palais Nasrides car l’entrée est limitée à un nombre de personnes définis toutes les demi-heures.

Pour environ 15,00 €, nous avions pu visiter les Jardins du Partal, le Generalife (palais d’été),  le palais de Charles Quint, la Tour de Comares, la Medina et les fameux Palais Nasrides.







Et encore une fois, j’en ai pris plein les yeux : des jardins magnifiques, où parfois je me serais crue dans les jardins de la Reine de Cœur dans Alice au Pays des Merveillesje me suis même amusée à hurler « qu’on lui coupe la tête ! » devant ma petite sœur très gênée (c’était le but hahahah !) – tellement les haies et plantations étaient régulières. Nous y avons même croisé un couple de mariés pour un shooting photo devant les Jardins du Partal.








Pour ce qui est des Palais Nasrides, la visite vaut sacrément le détour je vous assure ! Surtout que même si nous devons entrer à une heure définie, nous pouvons y rester autant de temps que nous le souhaitons. En tout cas, ma sœur et moi en avions bien profité : des jardins, de jolies fontaines, des portes incroyables, des arabesques sculptés dans la pierre…les photos parlent d’elles-mêmes <3.



















Sans vous mentir, nous y avions passé 3 bonnes heures à visiter l’Alhambra sous toutes ses coutures. Un monument qui résume à lui seul toutes les richesses de l’Andalousie. Si je devais qualifier en un seul mot l’Alhambra ? Majestueux !







Après cette visite inoubliable, cap sur le quartier de l’Albacín. Du moins, c’est ce qui était prévu au départ, car nous nous sommes égarés pour nous retrouver dans les hauteurs de Grenade au niveau du quartier de Sacromonte. Après une heure de montée nous n’avions pas été déçus car nous avions pu admirer un petit coucher de soleil.





Petit à petit en descendant, nous avions enfin trouvé l’Albacín. Et là, c’est une Grenade hors du temps qui s’est offert à nous : une ambiance digne des souks orientaux avec un mélange d’influence espagnole. Des ruelles hautes et étroites, des bâtiments blancs dont y flotte une odeur d’encens. Et à la tombée de la nuit, le quartier est magnifique avec toutes ses lumières et ses couleurs chaudes ! Si vous êtes à la recherche de quelques souvenirs ou d’un bon restaurant oriental, c’est l’endroit idéal.



D’ailleurs, je me suis bien régalée en me commandant une bonne pastilla de poulet. C’était divin et hyper copieux. Nous en avions profité pour faire quelques achats dont du khôl et mon prénom en calligraphie arabe.

Exténuées mais heureuses, nous nous dirigeons vers l’hôtel pour une bonne nuit de sommeil. Enfin presque…car malheureusement nous avions eu quelques bruits de voisinage. C’est ça quand on loge dans une rue commerçante avec quelques bars autour et avec en plus un problème de fenêtre qui fermait mal…

Une nuit à Grenade est amplement suffisant pour visiter l’Alhambra et voir le quartier de l’Albacín. Y rester davantage ne vaut pas le coup. Il y a tellement de belles choses à voir en Andalousie que  je conseille de ne pas s’y attarder davantage.

Après toutes ces visites, cette marche à pied et ces excursions, nous avons bien mérité un peu de repos avant le départ. Rendez-vous prochainement pour le dernier épisode qui se déroulera à Torremolinos ;-).



En réservant sur Booking.com, vous pouvez gagner 15,00 € de réduction sur votre réservation ICI
Par la même occasion, je gagnerai en contrepartie 15,00 €.

4 commentaires: