Rome : ville éternelle (2ème partie)

Pour ce 1er jour de visite, j'ai voulu commencer par le monument le plus éloigné de mon lieu d'hébergement : les musées du Vatican.


Afin de ne pas perdre de temps, j'avais pris mon billet avant de partir (23,00 €). Mais en arrivant devant l'entrée, aucune queue ou foule présente. Faut dire que durant tout ce voyage, Rome a eu des airs de ville fantôme à certains endroits. Un sentiment à la fois plaisant et déconcertant car d'habitude, elle grouille de touristes. Mais le Covid a eu des répercussions sur le tourisme.


Pour ce qui est de la tenue vestimentaire, pas de tenues de touriste : il faut avoir les genoux et épaules couverts. Donc pas de shorts ou de débardeurs à fines bretelles. 

Avant d'entrer sur le site, nettoyage des mains avec du gel hydroalcoolique et prise de température obligatoires. Ce schéma est devenu une routine lors de mon voyage, mais je préfère cela que le contraire. Au moins dans la gestion des mesures barrières, les Italiens ne lésinent pas sur les moyens et on s'y sent en sécurité. Dommage que les touristes ne furent pas plus nombreux...






Cette visite fut une très belle mise en bouche de ce qui allait m'attendre à Rome. Pour bien visiter toutes les salles du musée, comptez au moins deux bonnes heures pour bien en profiter.

En tout cas, j'ai pris énormément de photos pour avoir de jolis souvenirs et n'ai cessé d'admirer les plafonds tellement ils sont magnifiques quitte à avoir un torticolis.








J'ai pu avoir accès à la fameuse Chapelle Sixtine, mais impossible de prendre des photos, même sans flash. Cela est complètement interdit et la sécurité y veille. 


Après cette belle visite direction l'autre côté du Tibre pour y voir d'autres belles choses. Tout d'abord, un petit coucou au Château Saint Ange - que j'aurais voulu tant visiter mais pas le courage à cet instant avec la chaleur - pour ensuite prendre la direction de la Piazza Novana afin de me poser pour prendre des forces avec une bonne pizza.



La place était quasiment déserte à mon arrivée. Je me suis donc posée au restaurant Ponte e Parione : une bonne adresse qui propose des plats au prix correct. En tout cas j'ai pris tout mon temps pour déguster ma pizza aux champignons, ma toute 1ère pizza italienne, et siroter mon jus de pêche.


Après cela, j'ai vu que j'étais à proximité de certains sites à voir. Donc direction le Panthéon que je n'ai malheureusement pas pu visiter car j'avais ma bouteille d'eau et les boissons sont proscrites à l'intérieur. Ce n'est pas bien grave car je me dirige doucement vers la célébrissime Fontaine de Trevi. Mais juste avant, une petite halte chez Venchi, un glacier très connu à Rome pour prendre une petite glace pistache/noisette délicieuse.




En découvrant la fontaine, encore une fois, j'étais surprise de ne pas voir grand monde autour. Alors j'en ai profité pour bien la mitrailler et demander à un couple de me prendre en photo devant. C'est l'une des plus belles fontaines que j'ai vues jusqu'à présent.



Après ce petit arrêt, direction la Villa Borghese. Je pensais pouvoir la visiter mais malheureusement, elle n'était ouverte que les weekends et sur réservation. Tant pis, ce sera pour un prochain retour à Rome. J'en ai donc profité pour me balader dans l'immense parc autour. Une bonne petite balade où je m'étais crue seule au monde parfois.





Je me dirige doucement vers la Piazza del Popolo pour rejoindre la Via Del Corso, the place to be pour faire un peu shopping. J'en ai profité pour faire un petit tour chez Kiko et acheter un peu de make up en promo. En tout cas, les mesures barrières sont bien respectés dans les magasins : gel hydroalcoolique à l'entrée, prise de température et nombre limité dans certaines enseignes. On sent vraiment que le Covid a beaucoup touché les Italiens car même dans la rue, même si le port du masque n'est pas obligatoire, beaucoup de personnes, jeunes comme plus âgées le portent. 


Après cette escale shopping direction la Piazza di Spagna. Et encore une fois, très peu de monde autour. Je m'y suis posée de longues minutes car j'avais beaucoup beaucoup marché. Et après ce petit moment de repos, l'heure est venue de rentrer à mon hostel à pied.



Mais avant une petite halte dans un restaurant que j'ai découvert par hasard et qui était à quelques minutes de mon hostel : l'Europeo. Un petit restaurant à taille humaine qui sert de bons petits plats et qui vaudra par la suite un second passage tellement j'ai aimé l'ambiance familiale qui y régnait et l'accueil que j'ai eu. Après un bon plat de pâtes au fromage et une petite coupe de fraises au citron arrosés d'un coca zéro, direction le Generator pour me reposer et préparer la journée suivante.

Rome : ville éternelle (1ère partie)

C'est bien la 1ère fois que j'ai séché autant avant de trouver une destination pour m'évader quelques jours cet été. Et je ne remercie pas du tout ce cher virus qui continue de chambouler notre quotidien.


J'attendais avec une joie non dissimilée la réouverture des frontières pour pouvoir partir un peu. Ayant déjà visité quelques pays en Europe, il y a un pays qui est pourtant proche de la France et que je n'avais pas encore exploré : l'Italie. Pourquoi ??? Aucune raison particulière pourtant, je voulais juste tout d'abord d'autres contrées avant et je n'en avais pas encore eu l'occasion. 

C'est chose faite depuis Juillet car j'ai enfin visité Rome pendant 6 jours, et seule of course ! On ne change pas une équipe qui gagne n'est-ce pas ? ;-).

Et quel séjour ! Pourquoi n'ai-je pas été en Italie plus tôt ??? 

Un petit tour sur le site de Alitalia 2 semaines avant le départ et hop un aller/retour Paris/Rome à un prix assez avantageux : 147,00 € environ en classe économique avec un petit code de réduction au passage, ce qui est très rare je pense. C'est la 1ère fois que je voyais un code de réduction sur le site d'une compagnie aérienne.


En tout cas, voyager pendant cette période particulière que nous vivons actuellement a été assez bizarre : un formulaire à remplir avant d'embarquer, port du masque obligatoire dans l'aéroport et pendant le vol...des choses qui resteront gravées dans ma mémoire c'est certain.

Dès votre arrivée à Rome, au départ de l'aéroport de Fiumicino, vous avez quelques options pour rejoindre le centre ville : 


- le taxi pour un tarif plafonné à 48,00 €. Uber et toutes autres compagnies de VTC n'ont pas lieu de cité à Rome. Les taxis blancs y sont donc légions.

- le bus : une très bonne alternative pour un billet au prix de 10,00 € environ l'aller simple selon la compagnie, mais faites attention aux problèmes de circulation et aux horaires si vous arrivez très tôt ou très tard.

- le train : c'est l'option que j'ai choisie pour rejoindre le centre de Rome. Le Leonardo Express permet de rejoindre la gare de Termini en 32 minutes environ pour un tarif de 14,00 € l'aller simple.




Pour ce qui est du logement, j'ai décidé de séjourner en auberge de jeunesse pour une question de coûts et pour pouvoir rencontrer des gens sur place histoire de ne pas rester toute seule. J'ai donc choisi le Generator, une chaîne que je connais bien car j'ai eu l'occasion de boire quelques verres et de profiter du beau rooftop à celui de Paris et d'avoir séjourné à celui de Londres l'an dernier. Une chaîne d'hostels à la décoration jeune, au très bon rapport qualité/prix que je vous recommande les yeux fermés.

Celui de Rome ne fait pas exception à la règle malgré son implantation : à 10 minutes à pied de la gare de Termini, le quartier peut se montrer pas très rassurant ou pas très safe le soir. Faut juste attention mais globalement ça va. Par contre sur place, Covid-19 oblige des règles ont été mis en place dans l'établissement : 

- fermeture du rooftop
- limitation des colocataires dans le dortoir
- gel hydroalcoolique à l'accueil et avant de prendre l'ascenseur
- annulation des animations et soirées spéciales





J'avais pris un dortoir pour femmes de 4 lits avec salle de bains dans le dortoir pour finalement n'être que deux maximum dans le dortoir durant tout le séjour, ce qui a été assez plaisant je le reconnais. Cela a évité les embouteillages pour accéder à la salle de bains par exemple.

J'espère que cette entrée en matière vous aura plu. Pour les prochains articles, focus sur les monuments, les parcs et jardins et la bouffe ;-).


*A la découverte de la marque Onagrine Paris

Aujourd'hui, j'avais envie de vous parler d'une marque que j'ai eu l'occasion de tester il y a quelques temps déjà et qui fut une belle découverte : Onagrine Paris.



Comme son nom l'indique, l'ingrédient star des produits de la marque est l'onagre. Une fleur riche en acides gras essentiels. Couplé à d'autres plantes et à des actifs plein de bienfaits pour la peau, elle permet de créer des produits de soin efficaces. 

Pour la petite histoire, la marque a plus de 30 ans d'existence ! Rachetée il y a quelques années, elle a bénéficié d'une refonte de ses gammes dont je vais vous en présenter quelques-unes ici : 

- Activ Detox : gamme anti-oxydante
- White Perfection : gamme anti-taches
- Extrême Jeunesse : gamme anti-âge 1ères rides
- Ona Hydratant : gamme hydratante


Conçue pour tous les types de peau, la gamme Activ Detox agit sur plusieurs facteurs urbains (stress, fatigue, pollution...) responsables de l'apparition des premiers signes de l'âge. Le fruit star de cette gamme est l’acérola pour ses propriétés naturellement anti-oxydantes et source exceptionnelle de vitamine C.




J'ai beaucoup testé le Sérum Vitaminé et le Soin Regard Vitaminé pour leur texture légère sur la peau et leur odeur légèrement acidulée. Deux valeurs sûres à tester pour une peau revitalisée. En tout cas, c'est l'effet qu'ont eu ces deux produits sur ma peau.





Pour ce qui est de la White Perfection, focus sur le lys et le dahlia blanc pour leurs propriétés éclaircissantes et protectrices. Une gamme faite pour les peaux en manque d'éclat dont le teint manque d'uniformité.

Le Sérum Anti-Taches a eu une très bonne action sur mes taches pigmentaires. Il a permis de les réduire considérablement et de rendre ma peau plus uniforme. Il a même aidé à ce que ma peau cicatrise plus vite en cas de bouton d'acné percé. Par contre, je n'ai pas été très fan de sa texture légèrement visqueuse sur la peau, elle met du temps à pénétrer et à sécher. 



Gamme spécialisée pour les premiers signes de l'âge, Extrême Jeunesse a misé sur la myrte, réputée pour ses propriétés "fontaine de Jouvence" prolongeant la jeunesse de la peau.



En tout cas, à ma grande surprise, c'est la gamme que j'ai le plus appréciée, en particulier le Sérum-Crème Lissant Eclat dont j'ai apprécié sa texture crème pas trop riche. Pour moi, pas besoin d'appliquer une crème de nuit ensuite, il a très bien fait le job. 



Quant au Contour des Yeux, il a été un vrai réconfort à appliquer après le démaquillage et le nettoyage. Une texture pas trop riche qui pénètre vite pour lisser les traits du contour des yeux.

La grenade est l'ingrédient star de la gamme Ona-Hydratant pour ses vertus anti-oxydantes protégeant la peau des agressions extérieures et lui apportant la bonne dose d'hydratation.



L'un de mes produits favoris de ce dernier hiver a été le Masque Hydratation Intense. Un véritable bain d'hydratation qui confère un confort extrême aux peaux les plus déshydratées. A chaque application une fois par semaine, ma peau en est ressortie ressourcée, requinquée. Une valeur sûre de cette gamme que je vous conseille les yeux fermés.

Onagrine Paris fut une très belle découverte : de jolies gammes aux textures plaisantes dont les formules m'ont beaucoup plu. D'ailleurs, j'ai testé la CC Crème et je peux d'ores et déjà vous dire qu'elle est top pour cet été. Malheureusement, j'ai dû la mettre de côté car ma peau est devenue trop foncée pour bien la porter. Mais hâte de la retrouver pour cet automne/hiver.

Si l'envie vous vient de découvrir Onagrine Paris, une jolie marque made in France, elle est disponible en parapharmacie ainsi que sur son e-shop.


*Produit offert par la marque, le revendeur, l'agence RP pour considération